10 ans après Vigny-Musset, Pari tenu

publiée le 17/09/2013 à 16:33  |  ,  par LAURE KEPES
À l’origine, l’idée du projet Vigny-Mussetétait de faire émergerun quartier résidentiel dans une zone souffrant d’un développement sans cohérence.

À l’origine, l’idée du projet Vigny-Mussetétait de faire émergerun quartier résidentiel dans une zone souffrant d’un développement sans cohérence.

1 / 2

Situé près de la Villeneuve, du Village Olympique et de Grand’Place, le quartier de Vigny-Musset a déjà plus de 15 ans.

Le projet est né dans les années 90, sous le mandat d’Alain Carignon. A l’époque, la délocalisation d’activités industrielles offre une opportunité foncière unique à la municipalité. Face à un développement sans cohérence entre la Villeneuve, le Village Olympique et Grand’Pace et face à la paupérisation de ces quartiers, la Ville veut faire émerger un ensemble à dominante résidentielle et amorcer une restructuration urbaine. « L’idée était de faire venir une majorité de propriétaires, d’accroître la mixité sociale et de permettre une meilleure articulation entre tous ces lieux », explique Valérie Dioré, directrice générale de la SEM SAGES, aménageur du quartier, créé spécialement pour Vigny-Musset. Pour cela, il fallait des aménagements publics de qualité, un paysage urbain attractif et des zones accessibles à tous.

Un quartier vert

Les urbanistes architectes en chef, Pierre Granveaud (GKP Architecture) et Loizos Savva (Aktis Architecture) décident de structurer le quartier en îlots, avec une place prépondérante donnée à la végétation. Ainsi, chaque « coeur d’îlots » d’une centaine de logements chacun, comprend un jardin privatif, les rues sont larges et bordées d’arbres et une voie de desserte en forme de parc linéaire voit le jour, l’allée des Romantiques. Sans compter que le jardin des Poètes a été construit sur un hectare. « Nous avons pensé une un éco-quartier avant l’heure », souligne Loizos Savva.
Par ailleurs, Vigny-Musset s’articule autour d’un axe existant, l’avenue Marie-Reynoard, qui joue un rôle de liaison vers le centre-ville, au nord, et vers le pôle commercial de Grand’Place, au sud. Cette avenue accueille la majorité des commerces et l’implantation d’un pôle universitaire regroupant l’Institut de géographie alpine et l’Institut d’urbanisme de Grenoble. Véritable épicentre entre la Villeneuve, le Village Olympique et Vigny-Musset, elle représente ainsi « un espace public fédérateur », souligne Loizos Savva. Avec une MJC, la Direction départementale du travail, des bureaux, et un groupe scolaire, « nous avons réussi à construire une identité urbaine cohérente à ce quartier », insiste Valérie Dioré.

Une majorité de propriétaires

Pour environ 2 500€ le mètre carré à l’achat, les logements ont surtout attiré une partie de la classe moyenne. Résultat, d’après la dernière enquête de satisfaction datant de mars 2013, Vigny-Musset est habité majoritairement par des propriétaires (49 %) et des familles (38 %), dont la plupart occupent leur logement depuis plus de quatre ans (52 %). Et si les habitants se déclarent satisfaits de leur logement, une part non négligeable (entre 20 et 30 %) se plaint des incivilités et de la mauvaise image du quartier. Un dernier lot de 2000 m² d’activités artisanales et de logements sera livré en 2017. Toujours dans le même esprit. Une nouvelle enquête dira si les habitants de Vigny-Musset y trouvent toujours satisfaction.

Chiffres clés
  • 5200 habitants
  • 1900 logements, dont 27 % de logements sociaux
  • 8000 m2 de locaux universitaires
  • 11 000 m2 de bureaux et locaux d’activités
  • 4 000 m2 de commerces
  • 1 école élémentaire et maternelle (12 classes)
  • 5,5 ha d’espaces verts privés et publics sur 28 ha
  • 70M€ de dépenses totales (44M€ issus de la vente du foncier et 26M€ pour l’aménagement des espaces publics).

LAURE KEPES

Services

Articles les plus vus